L’importance de la mémorisation

In English

Bismillahi ar-Rahmani ar-Rahîm, al Hamdoulillahi rabbi-l-‘alamîn

Une fois, l’imam Ghazali (rahimahullah) était en voyage et alors qu’il se faisait voler par des bandits. Il leur a demandé de lui laisser ses cahiers et ses notes, affirmant qu’ils ne seraient d’aucune utilité pour les voleurs et qu’ils contenaient des informations pour lesquelles il avait déployées de nombreux efforts [pour les obtenir]. Un des voleurs a répondu: « Comment pouvez-vous prétendre que vous avez acquis leurs connaissances alors que lorsque nous vous les enlevons vous êtes sans connaissance? » A la suite de quoi, il a rendu les livres et, à cause de cette expérience, l’imam Ghazali a passé des années à mémoriser toutes ses notes [1]. Considérant que certains savants de l’Islam ont mémorisé tous les livres de leur collection, il est clair que la mémorisation est une partie importante de la connaissance.

Mémorisation et connaissance

La mémorisation n’équivaut pas à l’acquisition de connaissances en elle-même. Cependant, les musulmans ont toujours estimé que la mémorisation constituait une part et une condition préalable de la connaissance. Cela commence par le Qur’an. Indépendamment du fait que la majorité des musulmans ont leurs mus’hafs coraniques (textes) depuis des applications de leurs téléphones ou des textes imprimés, la mémorisation du Qur’an est une obligation commune:

La mémorisation du Qur’an est une obligation commune (farḍ kifāyah) à cette nation. Cela signifie [en réalité] que plusieurs personnes, atteignant le mutawātir (notoire), l’ont mémorisé, de sorte qu’il ne subisse aucun changement ni distorsion. Si un groupe de la communauté fait cela, alors toute la communauté est absous de cette obligation; et si personne ne le mémorise ni ne l’enseigne, alors toute la communauté est pécheuse [2].

Cependant, la mémorisation ne se limite pas au Coran et aux ahadith prophétiques, elle s’étend plutôt aux textes sur l’aqidah (croyance), le fiqh (loi), la grammaire, la poésie et même les sciences naturelles et mathématiques. Shaykh Muhammad al-Ya’qoubi mentionne que, lorsqu’il étudiait les sciences sacrées, il a mémorisé des milliers de vers, ce qui était dérisoire par rapport à son père qui avait mémorisé 30 000 vers de poèmes didactiques sur divers sujets [3]. C’était en plus du Qur’an et d’innombrables ahadith qu’ils avaient mémorisés.

La mémorisation de tels poèmes présente plusieurs avantages pratiques. Premièrement, cela permet d’apprendre et de se rappeler les bases d’un sujet de manière succincte. De nos jours, la personne moyenne a suivi de nombreux cours où elle ne peut même pas se souvenir du nom du cours, sans parler du sujet traité. Ces poèmes font un bon travail pour résumer les bases d’un sujet et les rendre mémorables.

Deuxièmement, cela donne à tout moment un point de référence facilement accessible pour un sujet. Prenons l’exemple de la ‘aqidah ou croyance, sujet important, souvent négligé. En mémorisant de tels poèmes, un musulman est en mesure de se prémunir contre les hérésies, car il peut vérifier toute affirmation contre la ‘aqidah qu’il a apprise. Un exemple de poème lié à ‘aqidah est ‘Aqidat an-Najat (vous pouvez trouver une explication détaillée de ce poème de Dr. Mohamed Ghilan sur YouTube ). Cela étant dit, ces poèmes sont généralement appris par les étudiants en science, et les institutions éducatives islamiques devraient donc être encouragées à continuer à les enseigner.

Retrouver notre mémoire

L’exposition constante aux médias, au divertissement et à la stimulation sensorielle ainsi que l’accessibilité immédiate des informations du monde entier ont altéré la capacité des personnes à se rappeler des informations de leur mémoire. Comme populairement dit: si vous ne l’utilisez pas, vous le perdez. D’un point de vue islamique, le manque de valorisation de la mémoire est lié au manque de valorisation du savoir islamique. Les musulmans attendent aujourd’hui des savants qu’ils sachent tout sur l’Islam, tout en libérant leurs collègues non-savant de toute attente minimale en matière de connaissances, avec les sites Web de question-réponse de Fiqh et les conférences islamiques en ligne à portée de clic. Cela s’ajoute à la dévalorisation de la mémorisation du Qur’an, considéré comme relevant exclusivement du domaine des enfants et non d’une activité dont les adultes peuvent également bénéficier.

Il y a eu beaucoup de recherches récentes sur notre mémoire et ses performances. Une découverte consistante est que la mémoire humaine peut être entraînée comme un muscle et que presque tout le monde peut atteindre la capacité à se rappeler de grandes quantités d’informations. L’histoire de Joshua Foer, qui a entraîné sa mémoire comme expérience du journalistique, en est un exemple. Après une année d’entraînement, il remporte, à sa propre surprise, le USA Memory Championship [4]. Alors que les techniques qu’il utilisait reposaient exclusivement sur l’imagination visuelle (le «palais de la mental») et son expérience indique que, avec suffisamment de temps et d’efforts, même un adulte est capable de former sa mémoire.

Les musulmans doivent insister de nouveau sur l’importance de la mémorisation dans l’apprentissage des sciences islamiques, à commencer par les programmes scolaires des écoles islamiques et s’étendant aux adultes. Bien sûr, personne ne sera capable de mémoriser immédiatement l’ensemble des recueils du Qur’an et des hadiths et des poèmes didactiques, mais si chaque personne qui lit ceci fait quelques pas dans cette direction, l’impact peut être énorme, In Sha Allah.

Ce Ramadan, faites un effort pour mémoriser certains savoirs islamiques. Puisque le Ramadan est le mois du Qur’an, l’accent devrait être mis sur le Qur’an. Ceux qui connaissent quelques sourates courtes dans le dernier juzz peuvent en ajouter quelques-unes ou mémoriser quelques ayaat d’autres sourates, comme les trois derniers ayaat d’al Baqarah. Ceux qui ont quelques ajzaa ‘mémorisés peuvent essayer d’ajouter un quart ou un demi juzz. Chaque personne devrait se fixer un objectif en fonction de ses capacités et demander à Allah la capacité d’atteindre cet objectif. Ceux qui ne connaissent pas l’arabe peuvent mémoriser en arabe et se familiariser avec le sens français à côté.

Astuces et techniques de mémorisation

La répétition est la base de la mémorisation. Cependant, différentes personnes ont des styles différents et cela vous aidera à trouver la meilleure façon d’apprendre. Certains apprennent mieux en lisant le verset à plusieurs reprises, d’autres doivent ajouter de l’écoute, d’autres trouvent qu’il est utile d’écrire le verset de leurs propres mains, alors que d’autres créent un visuel qui relie les mots entre eux.

Quel que soit le style d’apprentissage, la mémorisation est soumise à quelques conditions préalables. Tout d’abord, il faut atteindre la concentration totale et éliminer toutes les distractions. La mémorisation est un acte de «deep learning/apprentissage profond » qui nécessite une attention particulière et qui ne peut être effectuée en multitâche. Deuxièmement, découvrez les différents du’as et adkhaars qui aident à la mémorisation, tels que la répétition de la sourate A’la ayah 6, « sanuqri’uka fala tansa » [3], ce qui signifie « nous te ferons réciter, de sorte que tu n’oublieras pas ».

Troisièmement: et surtout, sachez que la droiture est la clé de la mémorisation des textes islamiques. Une fois, l’imam ash-Shafi’i s’est plaint de son incapacité à mémoriser à son professeur et en réponse, son professeur lui a dit que la science sacrée n’est pas quelque chose qui sera donné à un pécheur [3]. Vous devez baisser les yeux, garder votre langue et protéger vos oreilles du haram. Quoi qu’il en soit, faites votre part pour faire revivre cette tradition et préserver le Qur’an et les autres formes de savoir Islamique dans votre cœur.


Citations:

[1] Haddad, Gibril F. “Imam Al-Ghazali.” Living Islam, www.abc.se/~m9783/ghaz_e.html.

[2] Al-Suyuti, Abu al-Fadl. Gateway to the Quranic Sciences, p. 91. Translated by Omar Husain. Turath Publishing, 2017.

[3] https://www.youtube.com/watch?v=RJeLfodZ9uI

[4] Foer, Joshua. Moonwalking with Einstein: a Journey through Memory and the Mind. Allen Lane, 2011.


About the author: Yousuf is a software engineer with an education in computer science. His interests include science, technology, religion, and politics. You can follow him on Twitter here.

This piece was generously translated by one of our readers and posted here. If you’d like to contribute to our translation efforts, please fill out this contact form!

One thought on “L’importance de la mémorisation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s